La recherche, c'est aussi accumuler des expériences et des textes sans savoir quoi en faire

Bonjour tout le monde !

Depuis la dernière note sur le syndrome de l'imposteur (si vous l'avez ratée -> !!!!), je n'ai pas vraiment eu le temps de produire un nouveau long article BD. Mais cela ne veut pas dire que je n'ai pas dessiné. Au contraire !
Ayant récemment retrouvé une boite de "stylos tubulaires" à encre de chine, j'ai fait pas mal de croquis. Si vous avez un compte Twitter, vous pouvez les retrouver avec le mot-dièse #PassionRotring.

Afin de tester cet outil sur des planches de BD, j'ai scénarisé vite fait une courte note. Bon, le scénario ne casse pas des briques, mais l'objectif était surtout de m'entrainer à l'encrage : énergie du trait évidemment, mais aussi équilibre du noir et du blanc, travail sur les contours des cases pour qu'ils soient variés/aient du sens, etc.
Ce n'est pas vraiment abouti, notamment la forme des bulles (Iiik, mes yeux!) et la typo (j'espère que ça reste lisible)... Malgré tout, je me suis dit que ça valait le coup d'être posé ici. Après tout, le blog a aussi vocation à essayer des choses !

Une 50ème note (!!!) sous le signe de l'expérimentation et de la volonté de progresser, donc !

Bonne lecture ! :)

NOP

P.-S. Au passage, quelques infos de calendrier (mais si vous voulez vraiment vous tenir au courant de l'actualité du blog, mieux vaut suivre le blog sur les réseaux sociaux en cliquant sur les icônes en  haut à droite): 




Et dire de fêter ce 50ème article, un scan d'une double page de croquis réalisés avec le même stylo.

La recherche, c'est aussi avoir le sentiment d'être un imposteur...

Bonjour tout le monde,
[NB -> English version here]

Petite introduction aux planches ci-dessous
(la lecture n'est pas nécessaire pour la compréhension de la BD.
Si vous avez la flemme, scrollez ! 😉)
 
Cela fait longtemps que je n'ai pas fait de note. Et pour cause : entre la thèse, les enseignements et les projets de publication en dehors du blog, difficile de trouver du temps pour dessiner !

Surtout, c'est souvent dur de se sentir légitime à traiter de tel ou tel sujet... et plus dur encore de tenter de le raconter en BD, avec un dessin hésitant et une maitrise très relative de l'outil.
Même après 5 ans de blog (!!), chaque article est une source d'angoisses et d'appréhensions : Est-ce que je ne dis pas n'importe quoi ? Est-ce qu'on comprend ? Est-ce que le dessin est lisible ? Que vont penser les gens? Etc.
Beaucoup de notes n'ont ainsi jamais vu le jour. Si le manque de temps est souvent une vraie raison pour ne pas publier, il s'agissait aussi parfois d'une excuse pour ne pas avoir à réaliser une BD que j'imaginais, par anticipation, pas assez bonne et donc non assumable.

Ces petits tourments n'ont rien d'original. Il suffit de discuter avec quelques chercheur-ses : beaucoup sont celles et ceux qui souffrent d'un syndrome de l'imposteur. Du coup, la question se pose : si ce phénomène est si répandu, ne serait-il pas social/collectif, plutôt que psychologique/individuel ?

La note ci-dessous propose des éléments de réponses.
Elle est incomplète, imparfaite et sans doute l'une des moins bien documentées du blog. Pour tout dire, cela fait même 3 mois que je me trouve des excuses pour ne pas la faire.
Mais il s'agit aussi d'un sujet qui me semble particulièrement important, voire carrément préoccupant quand on voit l'effet que ce syndrome de l'imposteur peut avoir sur les chercheur-ses (autocensure, abandon, dépression,...).

Donc voilà : c'est une note bancale, approximative, mais aussi peut-être la plus personnelle. En espérant qu'elle puisse faire sens pour certain-es d'entre vous.

Bonne lecture !
NOP



La recherche, c'est aussi collaborer avec des revues professionnelles [European Sociologist - Issue 41]

[English version below]

European Sociologist (la revue professionnelle de l'European Sociological Association) m'a demandé de dessiner dans leur prochain numéro. Pire, ils m'ont donné carte blanche. Il était prévisible que ça se termine en grand n'importe quoi !

Je vous invite donc à découvrir les tribulations d'Henry Jones, jeune sociologue désireux de diffuser son savoir auprès de ses collègues... mais qui se confronte au monde impitoyable de l'évaluation, des H-Index et autre facteur d'impact. Bonne lecture ! (en cliquant ici ou sur l'image).
https://www.europeansociologist.org/issue-41-metrics/publish-or-publish-wisely
European Sociologist (the European Sociological Association's profesionnal journal)  asked me to do a comic for their next issue. Worst, they also told me to do whatever I wanted. Obviously, it went horribly wrong!

So, I invite you to discover the great tribulations of Henry Jones, a young sociologist who wants to spread his knowledge to his colleagues... but who confronts the merciless world evaluation, H-Index and other impact factors. Enjoy your reading of this 3 pages of sociological non-sense!
(by clicking here, or on the picture).